Laurent Obertone et La France interdite étaient à l’ISSEP

Laurent Obertone et La France interdite étaient à l’ISSEP

Laurent Obertone
La France interdite
Ring, 530 pages, 19€95

 

Le 10 octobre 2018, pour la première soirée du cycle de conférences de l’ISSEP, Laurent Obertone est venu présenter son ouvrage La France interdite, paru aux éditions Ring. L’animation est perceptible dès 18 h 30 au 56 de la rue Denuzière, dans le 2e arrondissement de Lyon : les participants, venus en nombre, se pressent devant l’entrée de l’Institut. Tandis que les studios de l’ISSEP reçoivent l’invité pour une interview avant la conférence, étudiants du Magistère comme de la Formation Continue échangent avec le public dans la salle de conférences et autour de la machine à café. Après un mot d’introduction de Patrick Libbrecht, président honoraire de l’Institut, rappelant le contexte de la montée en puissance de l’ISSEP, lequel n’a que 5 mois d’existence, l’invité prend la parole.
Laurent Obertone précise d’emblée que La France interdite clôt une trilogie dont le temps fort fut la publication de La France orange mécanique. Un souvenir marquant restera son passage dans l’émission de Ruquier, et la virulence des propos tenus à son encontre par « le chroniqueur végan » du plateau. L’agressivité de l’humain « herbivore » fut telle qu’elle contribua paradoxalement au succès des ventes de l’essai. Cet épisode, révélant à l’auteur qu’il avait involontairement touché un tabou en évoquant la part due à l’immigration dans le développement de l’insécurité, créait déjà les conditions de la rédaction de ce nouvel opus.
Après cette précision, Laurent Obertone évoque certains des chiffres « interdits » contenus dans son ouvrage : avec un Français sur cinq et 40% des nouveaux nés issus de la « diversité », ainsi qu’un taux de fécondité de seulement 1,2 enfant par femme pour les populations autochtones, la notion de changement de population apparait, selon lui, moins comme une invention politiquement orientée que comme le simple suivi de préconisations formulées par l’ONU dès 2007. Laurent Obertone rappelle ensuite le coût de l’insécurité, évalué à un milliard d’euros par an, comme le fait que 100% des actes terroristes commis depuis 2015 l’ont été par des individus issus des migrations. L’écrivain et journaliste évoque alors les propos du politologue américain Robert Putnam qui considère que le « capital social », exprimé par les liens de solidarité, s’effondre en situation multiculturelle. Cette situation contribuant aussi à une fuite des cerveaux, qui ne manque pas de toucher aussi la France, dans un contexte où 75% des Français considèrent qu’il y a trop d’immigrés.
Après les questions du public, la soirée s’est poursuivie sous la forme d’une rencontre, ponctuée de nombreuses dédicaces. Une première conférence de l’ISSEP couronnée de succès !

M.L,
étudiant de l’ISSEP.