article_etudiant_cecile_present

Article des étudiants | Le confinement : redécouverte du vert, du beau, du bien

Article des étudiants | Le confinement : redécouverte du vert, du beau, du bien

Cette période de confinement imposée est l’occasion de trouver des ressources inespérées à l’intérieur et autour de soi. Rester à la maison est une chance, cela économise le temps passé dans les transports, les commerces, les bars ou les restaurants.

Cela invite également à se poser la question de l’écologie. Pas l’écologie antinucléaire ou anti-pétrole, mais l’écologie du bon sens, le localisme. Ne plus faire importer ses produits de Chine ou d’ailleurs. Consommer Français, aider nos agriculteurs et nos ouvriers qui continuent de travailler pendant cette épidémie. Certains proposent même des livraisons à domicile !

Plus d’excuse pour ne pas recycler ses déchets, manger local et cuisiner les produits de saison. Les professionnels en télétravail ont davantage de temps pour préparer leurs repas au quotidien. Les enfants sont dans l’ensemble contents de voir davantage leurs parents et de faire l’école à la maison. Les parents découvrent les métiers de maîtresse, professeur, femme de ménage, nounou, employé de crèche…

 

Localisme

Pour ceux qui ont la chance d’avoir un jardin en cette période tourmentée, ils mesurent également l’immense avantage de ne pas être cloîtrés dans leur appartement. Les Parisiens et autres citadins qui en ont les moyens ont fui les métropoles il y a deux semaines. Signe que la « mondialisation heureuse » n’est pas la solution, surtout en cas de crise… Le localisme, la solidarité, le foyer sont redécouverts par des millions de Français. Les musées, les sites de films, les journaux offrent des visites ou oeuvres en consultation libre depuis deux semaines. L’art est également un moyen de s’évader et de voir du beau, contrairement aux médias qui relayent sans cesse les mauvaises nouvelles.

Le printemps commence et on observe l’évolution de la nature chaque jour. Lieu de jardinage, de jeux, propice à la lecture, à la méditation et aux réflexions, le jardin est un havre de paix et de respiration depuis l’état d’urgence. Que l’on soit en télétravail, avec des cours à distance ou parents, avoir un jardin ou une cour est un réel bienfait et un besoin vital pour survivre psychologiquement aux restrictions de la vie sociale.

Les réseaux sociaux ne remplaceront jamais le contact réel avec la famille ou les amis.

 

Cécile,
étudiante en Bac+4 à l’ISSEP
publiée dans Présent