article_etudiant_Present_etienne_Gender

Article des étudiants – Gender : la chirurgie « non indispensable »

Article des étudiants – Gender : la chirurgie « non indispensable »

« Le coronavirus dévoile que les chirurgies d’affirmation du genre sont traitées comme non indispensables », déplore le média VICE.

 

Alarme au sein de la communauté LGBTQIA+. Le média VICE, qui se définit en anglais comme « le guide définitif pour des informations éclairantes », dénonce le traitement de défaveur réservé aux soins chirurgicaux à destination des personnes trans. La pandémie du coronavirus aurait permis de mettre en lumière la considération « non indispensable » dont les procédures d’affirmation du genre font l’objet. De nombreuses chirurgies de réassignation sexuelle ont été annulées ou repoussées dans plusieurs pays.

VICE rappelle que les procédures d’affirmation du genre constituent pour les personnes transgenres et transsexuelles des changements « vitaux » qui peuvent significativement réduire leur dysphorie de genre, la détresse d’une personne transgenre face à un sentiment d’inadéquation entre son sexe assigné et son identité de genre. Les faire attendre plus longtemps serait dangereux voire mortel, puisque les bénéfices de la chirurgie d’affirmation du genre sur la santé mentale seraient prouvés.

Le média déplore que les chirurgies liées à la transidentité ne soient pas catégorisées chirurgies urgentes, au même titre que l’ablation de certaines tumeurs : « Actuellement, il est estimé (…) que les places limitées dans les hôpitaux seraient mieux utilisées pour les personnes atteintes du COVID-19 ». Le caractère non urgent de ces opérations semble corroboré par la position de plusieurs compagnies d’assurance qui refusent d’accéder aux demandes de remboursement les concernant : elles ne reconnaissent pas comme vérité médicale la dysphorie de genre et considèrent ces opérations comme relevant de la cosmétique.

 

Jean,
étudiant en Bac+4 à l’ISSEP
publié dans Présent