Critique de Les grandes heures de Lyon, par Georges, étudiant à l'ISSEP, publié dans Présent

Critique littéraire | Les Lyonnais ont enfin leur histoire

Critique littéraire | Les Lyonnais ont enfin leur histoire

[vc_row][vc_column][vc_column_text css= ».vc_custom_1579979529866{margin-right: 20px !important;margin-left: 20px !important;} »]

Jean Etèvenaux
LES GRANDES HEURES DE LYON
Éditions Perrin, 2019, 572 pages, 23€

[/vc_column_text][vc_separator color= »custom » border_width= »2″ el_width= »40″ accent_color= »#b89e67″ css= ».vc_custom_1554976341443{margin-bottom: 50px !important;} »][vc_column_text css= ».vc_custom_1580319262569{margin-right: 20px !important;margin-left: 20px !important;} »]

Jean Etèvenaux est historien, journaliste, essayiste, critique littéraire, enseignant et chef d’entreprise lyonnais originaire d’Oyonnax. Passionné par l’épopée napoléonienne, il se retire de son apanage habituel pour nous transmettre sa passion pour Lyon. Il présente un ouvrage aussi complet que son parcours : Les Grandes Heures de Lyon, préfacé par l’ancien ministre de l’Intérieur, le funeste maire de Lyon Gérard Collomb.

Loin des visées idéologiques de son préfacier, Les Grandes Heures de Lyon apparaît très vite comme un ouvrage exhaustif sur l’histoire des Lyonnais. En effet, l’auteur raconte avec rigueur et continuité l’histoire de la ville des deux collines et des deux fleuves. S’il laisse de côté les enjeux urbanistiques, institutionnels et militaires de la ville, c’est que l’histoire politique, culturelle et humaine prime. En effet, son travail analyse le besoin de puissance de la municipalité. C’est par la relation souvent conflictuelle avec les Césars, empereurs romains et germains, rois de France et l’Etat français, mais surtout Paris, que se joue cette histoire de la ville. Il préfère alors narrer non seulement les grandes heures de Lyon, mais aussi les décadences qui ont marqué l’inconscient collectif des citadins.

L’auteur saisit son lectorat par la rigueur de ses analyses, mais aussi par la pédagogie mise en place pour ne pas le perdre. Ainsi, Jean Etèvenaux insère des biographies à l’incipit de ses chapitres, offrant une perspective humaine sans tomber dans l’anecdote et les lieux communs. Qui veut connaître l’histoire des Lyonnais et sa singularité est invité à se procurer son livre.

[/vc_column_text][vc_separator color= »custom » border_width= »2″ el_width= »20″ accent_color= »#b89e67″][vc_column_text css= ».vc_custom_1579979581970{margin-right: 20px !important;margin-left: 20px !important;} »]

Georges Morand,
étudiant à l’ISSEP
publié dans Présent

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]